Une stratégie simple et inédite pour réparer des organes

C’est un bond en avant qui se prépare dans la pratique chirurgicale et médecine régénératrice. Une équipe dirigée par Ludwik Leibler du laboratoire « Matière molle et chimie » (CNRS/ESPCI ParisTech) et Didier Letourneur du Laboratoire de recherche vasculaire translationnelle (Inserm/Universités Paris Diderot et Paris 13), vient de démontrer que le principe d’adhésion par des solutions aqueuses de nanoparticules peut être utilisé in vivo pour réparer des organes « mous » et des tissus. Cette méthode de collage, extrêmement simple d’utilisation, a été testée sur les rats. Appliquée à la peau, elle permet de fermer des blessures profondes en quelques secondes et d’obtenir une cicatrisation de qualité et esthétique. Elle a également été éprouvée avec succès pour réparer des organes difficiles à suturer tels le foie. Enfin, sur le coeur battant, cette solution a permis de fixer un dispositif médical démontrant ainsi le potentiel de la méthode pour délivrer des médicaments ou renforcer les tissus. Ces travaux viennent d’être publiés sur le site de la revue Angewandte Chemie*.

Voir le Communiqué de Presse sur le site du CNRS

*Voir l’article original en PDF

Vidéo montrant la fermeture d’une incision et comparaison au procédé classique par suture :

MPEG4 - 2.5 Mo

Haut de page



À lire aussi...

Une méthode révolutionnaire pour coller les gels et même les tissus biologiques

Des chercheurs viennent de découvrir une méthode efficace et facile à mettre en œuvre pour coller des gels et des tissus biologiques. Une équipe (...) 

> Lire la suite...

Quand nos plastiques deviennent des matériaux hautes performances recyclables

Eoliennes, automobiles, canalisations, robotique ou électronique portable demandent des matériaux plus légers,plus résistants mais aussi moins chers (...) 

> Lire la suite...